la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

06 septembre 2008

Marseille, nous voilà !

Jeudi matin 9h15 sur le quai de la gare de Frontignan ; Je regarde

la Dounette

qui a  pris son sac de voyage, plein à craquer, je suis certaine qu’il y a de quoi se changer pendant au moins quatre jours ! Le mien est moins lourd. Nous devons changer de train à Montpellier alors que le train que nous prenons va aussi à Marseille…. Et oui le premier  est un train de travailleurs donc il est plus cher que celui que nous prenons (train de touriste beaucoup plus confortable et rapide !). Quand on dit que les travailleurs français sont des vaches à traire…..

Pas de retard sur l’horaire prévu, nous arrivons à Marseille. Sans mettre le nez dehors nous nous dirigeons vers le métro ligne n° 1 (deux lignes à Marseille). Les employés font grève et nous attendons longtemps, très longtemps pour l’achat de nos tickets !

Il fait chaud très chaud, du style à transpirer dès que tu fais un geste et les vêtements sont trempés et ça se voit, sauf pour

la Dounette surnommée l’Africaine qui n’a jamais chaud.

Allez hop c’est reparti, nous arrivons à l’hôtel, que nous avons trouvé correct l’année dernière. La chambre est réservée, juste une formalité, mais avec une demande particulière, une chambre côté cour. En effet la circulation est dense dans cette ville, les casernes de pompiers et CRS proches, le bruit des sirènes n’arrête pas. Le digicode ne fonctionne pas et nous ne pouvons pas rentrer dans la chambre. Je redescends seule à la réception. La réceptionniste appelle sa « gouvernante » (non je n’invente pas, c’est le mot employé) qui est une jeune femme métisse qui parle français (parce que les femmes de chambre ne parlent pas un mot de français….) qui vient nous ouvrir la porte. Nous apprenons qu’un technicien viendra réparer le digicode, en fin de compte le réceptionniste va réparer en faisant remonter la touche avec sa clé. Vous croyez que nous sommes dans un hôtel de luxe ???? Pas du tout, c’est l’hôtel le moins cher du quartier où  tout est fait à la chaîne….. L’année dernière, l’accueil et les services étaient meilleurs mais la coupe du monde de rugby y était certainement pour quelque chose.

le_Snack_du_midiNous partons  manger un petit morceau dans un snack juste en face de la fac et donc repaire des étudiants. La serveuse est sympa et nous compte nos deux sandwichs au tarif étudiant. Le ventre plein nous partons enfin faire les boutiques. C’est là que j’ai eu mon vrai premier coup de chaleur ! Il fait chaud étouffant, je transpire à grosses gouttes. Direction le vieux port le_vieux_portet la canebièrela_canebiere, le quartier des magasins ! Oui nous avons fait cramer les cartes bleues et même que nous y avons pris du plaisir ! Avec Dounette j’ai appris que je faisais deux tailles de moins que les affaires que j’achète normalement (alors le mari la prochaine fois que tu dis que je suis grosse…..), nous avons essayé nos affaires au milieu des rayons car l’attente était trop longue pour les cabines. A Marseille ce qui me choque ce sont les vigiles….. Ils sont partout, dans les magasins, dans le métro, dans la gare. Ils ne sont pas agressifs, ils sont là c’est tout.

000_0038Un petit clin d’œil pour Anneso.

Après nos achats, un petit resto que nous avons du mal à trouver. Nous ne sommes pas dans un quartier touristique et les restaurants ne sont ouverts que le midi. Nous rentrons dans notre chambre d’hôtel. Comme l’année dernière nous constatons que assise dans les toilettes 000_0030nous ne pouvons fermer la porte ! Dounette va se doucher 000_0029en premier, inonde la chambre en prenant sa douche (ce n’est que du normal) et j’éponge avec du papier toilette le lino et la moquette. Je me suis changée trois fois, je prends ma douche et je transpire toujours autant, c’est l’enfer pour moi, la clim ne fonctionne pas. Nous nous installons sur le lit, Dounette pour réviser, moi pour me détendre et regarder la télé, quand nous entendons une musique sortir d’un haut parleur dehors000_0042. Si vous aviez vu la tête de la Dounette à ce moment là. Figée un quart de seconde, puis pestant contre le ramadan. Et oui cette musique assez spéciale était la prière du soir avertissant les musulmans, les marseillais partagent tout…..

Le matin arrive, allez hop debout, c’est le grand jour. Nous sommes barbouillées toutes les deux, résultat, nous supposons, du restaurant de la veille au soir. Je propose deux comprimés sans effet secondaire à la Dounette qui accepte et met les deux comme ça dans sa bouche, elle essaye bien de les avaler en buvant  son eau mais les comprimés ont la malheureuse idée de se coincer dans sa gorge en s’effritant faisant régurgiter la Dounette qui essaye de sauver le lit et se précipite dans les toilettes en me projetant contre le mur (j’étais sur son passage) avec la main qui tient la bouteille d’eau….. J’ai cru que le contenant de celle-ci venait tout droit sur moi, mais non tout droit dans le sac de la Dounette! Première fou rire de la journée.

Nous partons pour la facla_fac. Il fait encore plus chaud que la veille avec en prime des rafales de vent qui soulève poussière et feuilles mortes (oui c’est bientôt l’automne, il y a des feuilles mortes et ça c’est normal), nous avons repérer les lieux la veille. Je laisse la Dounette et son stress passer le concours (l’un ne va pas sans l’autre) et rejoint l’hôtel. Je trouve une petite femme de ménage dans la chambre, elle a commencé le ménage alors que nos affaires ne sont même pas rangées. J’ai la chambre jusqu’à midi et là une petite bouffée de colère arrive, j’attrape cette jeune femme qui ne parle pas français par le bras et la met à la porte. La journée se passe sans incident. Je passe l’après midi dans les jardins de la fac en attendant la fin du concours. 000_0049Nous reprenons le chemin du retour avec l’idée de donner nos tickets de métro où il y a encore un trajet et figurez vous que personne n’en a voulu, nous avions beau dire que c’était gratuit ! Ben nous les avons jetés à la poubelle, nous ne pouvons pas forcer les gens à accepter 3.40 €…..

Le train est à l’heure, nous repartons contentes chez nous. Le concours de la Dounette? Elle connaissait les trois quarts des épreuves, le reste est un facteur chance. 750 candidats pour 35 places.

Posté par pyrouette à 16:43 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • ton récit m'a donné chaud !
    Quand je pense qu'on se pèle dans la région parisienne.
    honteux cet hotel. Le genre d'endroit qui vous fait bien remarqué que vous n'avez pas les moyens pour avoir le confort et le service convenable !

    Je ne pensais pas que tu aimais faire les magasins...moi, c'est une torture. Sauf pour les librairies (...). Je suis malheureuse comme un rat mort dans une boutique qu'elle soit de fringues ou autres. Le pire, les très grands magasins, les grandes surfaces. Je suis vite en décomposition !

    Pour Dounette, l'angoisse des concours ! Un exament à côté c'est cadeau, mais le concours, c'est vraiment le meilleur..
    J'espère qu'elle l'aura. Bien placée ou pas, on s'en fou ! Mais qu'elle l'ait !
    Et Pyrouette, elle finit dans quel état cette folle semaine ?

    (y a un truc avec ta mise en page : tu as voulu mettre "Dounette" à l'honneur dans ton billet. Mais ça fait des sauts de ligne systématique..)

    Bon retour chez toi ou plutot, bon retour chez vous la paire Pyr/Doun !

    Posté par patte, 06 septembre 2008 à 22:55
  • Je n'aime pas faire les magasins, je ne fais même pas les courses de la maison! Je ne voulais surtout pas rester à l'hôtel avec Dounette et son stress....

    La mise en page reste un mystère, j'ai essayé de corriger mais rien à faire : Dounette reste décalée.

    Pyrouette est très fatiguée. Cette semaine elle est allée jusqu'au bout de ses limites.

    Posté par Pyrouette, 07 septembre 2008 à 07:39
  • Et bien reposez vous bien les filles vous l'avez bien mérité!
    Et demain retour au boulot?Si c'est le cas courage!

    Posté par mila, 07 septembre 2008 à 12:46
  • Doun autant décalée que sa mère ?
    ....
    Je voulais juste rajouter un truc : Dounette veut être orthophoniste ? J'ai une grande admiration et un profond respect pour cette profession. Même si cela reveille des choses difficiles.

    Posté par patte, 07 septembre 2008 à 13:57
  • Je pense que oui!

    C'est un beau métier mais quel parcours du combattant!

    Posté par Pyrouette, 07 septembre 2008 à 20:27
  • Oui mais elle s'accroche ta Dounette !!!bises

    Posté par Fabienne, 07 septembre 2008 à 22:47
  • encore une fois Pyr, tu nous raconte ça avec tellement d'humour que je me suis bidonnée devant le pc. J'imagine bien vos fous rires à toutes les deux, et l'hôtel tout juste correct, le stress du concours et ces couillons de Marseillais qui refusent un ticket de métro, comme de bons parisiens ! c'est pour quand le résultats ?

    Posté par Domi, 08 septembre 2008 à 07:57
  • Oui tout comme Domi j'ai bien riz, tu racontes avec cette pointe d'humour qui te caractérise si bien Pyrouette, tiens-nous au courant des résultats de ta Dounette hein !

    Posté par Jicé, 08 septembre 2008 à 09:31
  • Quel humour tonique pour dévier le désagréable! J'admire et tente d'en prendre de la graine.
    J'attends avec autant (ou presque) d'impatience que mère et fille et sûrement père, les résultats de ce concours. Si Dounette (j'ai bien aimé la mise en valeur dans le texte, ça correspond à la réalité quotidienne avec ses parents) a bossé beaucoup et si tous les internautes croisent les doigts ... ça va le faire , hein.

    Posté par marie, 08 septembre 2008 à 13:09
  • Merci pour le récit, on lit ça comme un roman. Trop marrante l'histoire des toilettes, enfin honteux pour l'hôtel !
    Sympa de revoir Marseille, dire que j'y étais il y a quelques semaines.
    Je croise les doigts trés fort pour la Dounette

    Posté par j, 08 septembre 2008 à 19:30
  • Mila : ça y est nous sommes reposées!

    Domi, Jicé : Il est vrai que nous avons bien rigolé....

    Marie : il n'y avait rien de dramatique et nous avons l'habitude de cumuler les catas.... il vaut mieux en rire!

    Janis : il suffit d'avoir de grandes jambes des pieds aux genoux et de toutes petites cuisses pour fermer la porte des toilettes!!!

    merci à vous toutes pour votre soutien

    Posté par Pyrouette, 08 septembre 2008 à 19:56
  • Fafa : La dounette s'accroche, elle a déjà pleins d'autres projets dans son sac.

    Posté par Pyrouette, 08 septembre 2008 à 19:57

Poster un commentaire