la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

04 février 2013

Avant toi

Avant toi de Jojo Moyes

 

ISBN : 2811210016

Éditeur : Milady (2013)

 

4ème de couverture :

Une histoire d’amour bouleversante et poignante, sur le goût de vivre, l’amour sans limite et le handicap. Un récit touchant et drôle à la fois, qui ne laissera personne indemne.

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

 

Extraits :

« Jamais je n'avais imaginé que l'absence de travail pouvait provoquer la même sensation douloureuse que l'amputation d'un membre. Outre les craintes évidentes pour l'avenir et les fins de mois, le chômage avait le don de vous faire sentir inutile et de vous donner la désagréable impression de ne pas être à votre place. »

« Quand on se retrouve catapulté dans une nouvelle vie - ou du moins, poussé si fort contre celle de quelqu'un d'autre que c'est comme d'avoir le visage collé à sa fenêtre -, on finit par être obligé de reconsidérer sa propre image. Ou plus précisément, l'image de soi qu'on donne aux autres. »

« Tu veux voir ce qu'est vraiment le triomphe de l'espoir sur l'expérience ? Alors, c'est simple. Organise une sortie en famille. »

« Je ne suis pas de celles sur qui on se retourne. Une fille ordinaire menant une vie non moins ordinaire. Et cela me convenait parfaitement. »

« Dans notre rue, à partir du moment où aucun des vôtres n’a été condamné à des travaux d’intérêt général pour incivilités, on considère que vous venez d’une famille de rupins. »

« Je pesais le pour et le contre : était-il préférable de ma faire amputer un ou deux doigts à cause du gel ou de retourner à l’intérieur ? Mais, outre le froid de canard, mon index, celui que j’utilise pour coudre, est devenu bleu. J’ai dû reconnaître ma défaite. »

« Vous savez, on n’est d’aucune utilité à quelqu’un qui ne vaut pas être aidé. »

« Il y a des choses auxquelles on ne prête pas attention tant qu’on a pas eu l’occasion d’escorter quelqu’un en fauteuil. »

« Il y a des heures normales et d’autres bizarres où le temps parait se figer et glisser, où la vie – la vraie vie – semble être à la fois très proche et très lointaine. »

« Je me suis demandée si elle était consciente qu’elle donnait systématiquement à son interlocuteur l’impression d’être un crétin quand elle prenait la parole. »

« Je me souviens très exactement du jour où j’ai cessé d’être intrépide. »

 

Mon avis :

Quand j’ai reçu le livre, j’ai lu la quatrième de couverture et je me suis dit : « Tiens encore un bouquin sur le handicap, la vague des intouchables ! » Mais comme je  n’aime pas juger au premier abord, je me suis renseignée sur l’auteur avant de commencer ma lecture. L’auteur est journaliste. Et quand tu es journaliste tu vois assez d’horreurs et de faits divers pour écrire, pas besoin de copier.  Dès les premières lignes j’ai accroché.  L’écriture est réaliste avec une pointe d’humour qui n’est pas pour me déplaire. Lou me ressemble, ressemble certainement à beaucoup de femmes.  C’est elle le narrateur de l’histoire, celle qui a un humour déplacé qui nous emmène dans son monde. Son point fort : sa famille. Bien que…. Se faire appeler gros tas par son père… Mais bon tout le monde sait qu’une famille même aimante n’est pas parfaite. La scène avec le conseiller personnel pour la recherche d’emploi est tellement réaliste que j’ai cru m’y voir. C’est là qu’on voit le travail de recherche de la journaliste. La description du handicap est très proche de la réalité et très bien abordée. Le décor est planté ! Reste l’histoire d’amour. Et là croyez-moi ce n’est pas gagné ! Entre Lou, valide, habitant les quartiers populaires de la petite ville, s’habillant de manière originale et Will tétraplégique suite à un accident de la circulation, habitant les beaux quartiers, il n’y a pas grand-chose en commun. Mais l’amour n’est-il pas de sublimer l’autre ? C’est ce qu’ils font, chacun à sa manière et pendant l’évolution personnelle de ces deux êtres que tout sépare, l’amour va faire son apparition. Will  démontre à Lou que la vie  est ailleurs, dans la découverte, la culture. Lou essaye de prouver à Will que la vie peut être belle.  L’épilogue ? Même sous la torture  je ne révélerai rien. Cette histoire est trop belle, trop triste, préparez les mouchoirs, n’oubliez pas de rire quand même, laissez-vous porter, emmener, dans un monde que nous ne connaissons pas, que nous évitons la plupart du temps, vous ne le regretterez pas !

 

Un grand merci  à Babelio et  les Éditions Milady pour l’envoi de ce livre

Posté par pyrouette à 15:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • J'aime ta critique ! Effectivement ça pourrait faire penser à intouchable mais comme tu le dis ce n'est sûrement qu'une impression ! envie de le lire alors merci pour ça

    Posté par Patounette, 04 février 2013 à 15:28
  • Intéressant =^.^=
    (je n'ai volontairement pas vu Intouchables... aucun risque que j'y voie une copie)

    Posté par plouf, 07 février 2013 à 13:04

Poster un commentaire