la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Mudwoman

CVT_Mudwoman_4148

 

 

 

Joyce Carol Oates

ISBN : 2757840630

Éditeur : POINTS (02/10/2014)

Traduit par Claude Seban



 

4ème de couverture :

 

Abandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire. Devenue Meredith "M.R" Neukirchen, première femme présidente d’une université de grand renom, Mudgirl, brillante et irréprochable, fait preuve d’un dévouement total à l’égard de sa carrière et d’une ferveur morale intense quant à son rôle. Mais précisément épuisée par la conception d’une rigidité excessive qu’elle a des devoirs de sa charge, tourmentée par ses relations mal définies avec un amant secret et fuyant, inquiète de la crise grandissante que traverse les États-Unis à la veille d’une guerre avec l’Irak, confrontée à la malveillance sournoise des milieux académiques, en bref, rongée par trop de défis imprévisibles, M.R. vacille.

Un voyage sur les lieux qui l’ont vue naître va la jeter dans une terrifiante collision psychique avec son enfance.



Extraits :

 

“Elle était très douée pour le pardon. Elle était aussi très douée pour l'oubli. l'oubli est le principe même du pardon.”

 

“Quelle impression lui faisait cet endroit ! La lumière - les lumières scintillantes qui dansaient à la surface de l'eau semblaient pénétrer son coeur. Elle se sentait à la fois euphorique et pleine d'appréhension, comme si un danger la menaçait. Un danger invisible, peut-être. ET cependant il lui fallait aller de l'avant.”

 

“Les plus pitoyables des supplications sont celles que nous faisons dans une totale solitude, sans personne pour nous entendre.”

 

“Il devient nécessaire de croire à l'impossible. Parce que le simplement possible est insuffisant.”

“Il vient un jour, une heure où vous comprenez que la rivière ne court que dans une direction et que rien ne peut inverser son cours.”

 

“L'effort pour parvenir à la civilisation. Pour résister aux illusions. Alors que la boue sale sous le plancher de la civilisation est-elle même illusion.”

 

“Car qu'est-ce que le courage sinon du désespoir ?”

 

“Tu n'as pas à comprendre pourquoi ce qui t'est arrivé est arrivé, tu n'as même pas à comprendre ce qui est arrivé. Il suffit que tu vives avec ce qui reste.”



Mon avis :

 

Sa mère voulait la tuer en le précipitant dans un marais environnant, après lui avoir rasé la tête puis l’avoir vêtue d’une chemise de nuit. Cette petite fille a déjà vécu des horreurs avec cette mère folle et son compagnon qui profite de la situation sur sa soeur et elle, pourtant seuls moments de douceur, aussi effroyables soient-ils. Qui de Jewell, cinq ans ou Jedina, trois ans a survécu ?

 

C’est un trappeur qui a découvert cette petite fille dans les marais, couverte de boue. Elle ira vivre dans une famille d’accueil où les nombreux enfants placés ne seront pas tendres avec elle. Elle sera adoptée par un couple dont la petite fille est décédée. Ils lui donneront le même prénom, beaucoup d’amour et pourtant…

 

Mérédith grandit, étudie, et va devenir M.R., elle obtient une bourse qui lui permet de s’éloigner de ses parents adoptifs. Brillante, elle sera nommée Présidente d’une université. M.R. a 41 ans et revient dans sa région à l’occasion d’un séminaire. La vision du marais lui fait remonter les sensations de son enfance d’un bloc. Incapable de résister, elle ne sera pas présente au séminaire. Elle est au coeur du marais, retrouvant la misère, l’odeur, la déchéance des habitants du marais.

 

M.R. va perdre ses repères, faisant des cauchemars, mettant sa vie professionnelle en danger. Elle ne peut résister mêlant passé et présent.

 

L’auteure nous fait vivre la descente aux enfers de cette femme alternant passé et présent, failles et cauchemars, réalité et visions, jusqu’à cette dépression inexorable et profonde.

Posté par pyrouette à 07:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    ce roman fait partie des livres que j'ai projeté de lire mais je recule toujours, à cause du thème probablement...

    Posté par Eve-Yeshe, 08 février 2017 à 14:26
  • Bonjour,
    Je viens de terminer ce livre dont la lecture est tout de même éprouvante et plombante pour le moral, non? Je lis votre post mais n'arrive pas à savoir si vous avez aimé ou non, qu'en pensez-vous?

    Posté par deparla, 26 février 2017 à 10:39
    • J'ai aimé cette lecture même s'il faut accepter de perdre les repères en même temps que l'héroïne.

      Posté par pyrouette, 28 février 2017 à 07:24
  • Oui, c'est ça

    Posté par Deparla, 24 mars 2017 à 17:42

Poster un commentaire