la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Assez de bleu dans le ciel

9782714474322

 

 

Maggie O’Farrell

ISBN : 2714474322

Éditeur : BELFOND (06/04/2017)

Traductrice : Sarah Tardy





 

4ème de couverture :

 

Une maison à des kilomètres de tout.

Autour, rien que l'herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Ce refuge, Daniel Sullivan s'apprête à le quitter le temps d'une semaine pour se rendre aux États-Unis, son pays d'origine. C'est l'anniversaire de son père, qu'il n'a pas vu depuis des années.

Dans la voiture qui le conduit à l'aéroport, une voix retentit à la radio : celle d'une femme dont il est sans nouvelles depuis vingt ans, son premier amour.

Les souvenirs se déversent. Replonger dans le passé, comprendre ce qui le pousse à abandonner ceux qu'il aime, Daniel ne pense plus qu'à ça.

Mais il y a son épouse Claudette, star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d'organiser sa propre disparition pour échapper au monde. Comment lui révéler l'homme qu'il est véritablement ? Que peut-il encore promettre, lui qui n'a jamais su que fuir ?

Avec un art de la construction vertigineux qui mêle les lieux, les époques et les voix, Maggie O'Farrell donne vie à une galerie de personnages complexes et livre la bouleversante radiographie d'un mariage, des forces qui le soudent aux pressions qui le menacent. Encensé par une presse unanime, un roman puissant, à la fois drôle et poignant.



Extraits :

 

“Ma vie n'a été jusqu'ici qu'une longue série de fuites en avant, de moments d'arrêt, caché, comme les mailles tombées d'un tricot.”

 

“Je dois me rendre à cette fête - et puis quoi ? Et puis revenir ici. Rester dans le rang, reprendre ma vie.”

 

“Que pensent les gens d'eux en regardant toutes ces choses, en regardant leurs possessions ?”

 

“Il se lisait souvent sur le visage de ma mère, je m'en souviens, un air distrait, une distance, comme si ses pensées étaient ailleurs, en exil dans un lieu auquel nul d'entre nous ne pouvait accéder.”

“Dehors, le monde est un tout autre endroit.”



“Cette maison a la curieuse habitude de retrouver l'atmosphère qui l'habitait auparavant, déserte et désolée : je n'oublie jamais semble-t-elle dire dès que nous nous absentons plus d'un jour ou deux ; mes pierres et mes poutres ont traversé des décennies d'abandon.”

“Cela ne ressemble pas à ce qu'elle attendait de la vie.”

 

"Selon toute vraisemblance, je suis un mari, un père, un citoyen, un enseignant, mais à la lumière je suis un déserteur, un imposteur, un voleur, un tueur. Je possède une certaine apparence en surface, mais je suis sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire."



Mon avis :

 

Quand le passé revient à la surface, tout part de là. Ce passé, comme un diable sorti de sa boire, peut détruire une famille avec les non-dits, Daniel va en faire l’amère expérience même s’il en est le principal responsable. Il vit avec Claudette son épouse et ses enfants, dans un coin perdu d’Irlande. La maison est isolée et séparée du monde extérieur par douze portails.

Daniel doit partir pour les États-Unis fêter  l’anniversaire de son père avec qui les relations sont houleuses ou indifférentes selon les époques. Sur la route il entend, par hasard, la radio parler de son premier amour, Nicola, décédée.

Tout s’enchaîne et la famille va être décortiquée, tous les membres, un par un. L’auteure va nous balader dans les époques, des années 40 avec la mère de Daniel et son grand amour loupé, jusqu’à nos jours pour l’éclatement de la famille, en passant par les années 80 pour la jeunesse de Daniel et dans plusieurs pays. La fidélité, les grossesses, les avortements, les naissances, l’amour mais la mort aussi.

Daniel va sombrer. Il le dit lui-même, il est sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire. La reconstruction sera longue et difficile. Il comprendra avec les années de souffrance, qu’il a le droit d’être heureux.

J’ai eu un coup de coeur pour Claudette, ancienne actrice qui n’a pas hésité à disparaître avec son fils afin de vivre normalement, loin de toute agitation mondaine. Elle n’admet aucune intrusion dans son petit monde et n’hésite pas à sortir le fusil. Daniel pense qu’elle est folle en gardant une certaine normalité. Je pense que c’est une mère louve, elle m’émeut et j’aime sa solitude.

Un grand merci à Masse critique de Babelio et aux  Éditions Belfond.

 

 

 

Posté par pyrouette à 06:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    j'ai beaucoup aimé ce livre. dès que Babelio me l'a proposé j'ai sauté dessus car "L'étrange disparition d'Esme Lennox" m'avait beaucoup plu...
    je continue l'aventure avec cette auteure

    Posté par Eve-Yeshe, 01 mai 2017 à 13:28

Poster un commentaire