la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Winter

bass

 

 

 

Rick Bass

Béatrice Vierne (Traducteur)

ISBN : 2070414051

Éditeur : GALLIMARD (17/05/2010)

Traductrice : Béatrice Vierne







4ème de couverture :

 

Winter est le récit de l'installation de Rick Bass et de sa femme dans un coin reculé du Montana en plein hiver.

Pas d'électricité, pas de téléphone, juste un saloon à une demi-heure de route. Mais une vallée comme au début du monde, une nature splendide et cruelle. Par moins trente-neuf degrés, le rêve se fait parfois souffrance.

Dans une prose lumineuse, le défenseur de l'environnement Rick Bass redécouvre, au terme d'un progressif dépouillement, l'essentiel.



Extraits :

 

“C'est parfois tout à fait merveilleux de découvrir qu'on était dans l'erreur, qu'on est ignorant, qu'on ne sait rien, peau de balle. Comme ça, on peut recommencer.”

“Nous avons su aussitôt que c'était là que nous voulions vivre, là que nous avions toujours voulu vivre.”

“Je commence à me dissocier de la race humaine. Je ne voudrai pas passer pour un malotru - mais ça me plaît. Ça me plaît même tellement que ça me fait un peu peur.”

“C’est justement pour ça que nous sommes montés jusqu’ici, nous et tous les autres habitants du coin. Il n’y a pas de quoi être fiers, mais nous fuyons tous quelque chose, et cet isolement nous donne l’impression d’être en sécurité.”



Mon avis :

 

Rick et Elisabeth décident de déménager et se cherchent une maison dans l’ouest du Pays. Sans un sou vaillant en poche, mais avec leurs deux chiens, petit à petit, ils remontent vers le nord, ils n’ont pas les moyens de l’ouest. Artistes tous les deux, des rêves pleins la tête et une bonne dose de folie, ils visitent un domaine dans le Montana  dont les gardiens veulent partir ne supportant plus le climat très froid.

Les voilà dans leur nouvelle vie, loin de tout, en pleine nature, sans internet, téléviseur ou même téléphone. Ils vont apprendre en premier le besoin du bois pour le chauffage et la nourriture. Et du bois il en faut beaucoup, c’est la première tâche et la plus indispensable pour leur survie. Le bois, c’est sale, tous ceux qui vivent ou ont vécu dans des contrées froides le savent. Et puis dans cette région le bruit le plus répandu est celui des tronçonneuses.

Leurs voisins sont sympathiques, pas très causants mais agréables. Ils organisent des repas, des jeux pour les femmes, histoire de passer l’hiver. Pour Rick et Elizabeth, c’est différent, ils ne connaissent pas encore la lassitude, ils découvrent et contemplent et ce qu’ils voient leur plaît infiniment. Les corps doivent s’habituer, se lever malgré le froid et la fatigue, travailler au grand air, se promener, observer les animaux, se ravitailler et puis se réfugier devant  la cheminée ou le poêle le soir, bien au chaud, emmitouflés dans de chaudes couvertures. Attention de ne pas prendre feu.

Déneiger, puis éviter les congères pour les virées à la ville, de temps en temps, pour téléphoner à leur famille et tenter de réparer et d’équiper les voitures. Les astuces à transformer en réflexes pour ne pas subir de déboires.

J’ai suivi la nouvelle vie de ces deux être givrés avec plaisir. Des relents de ma vie en Lozère sont revenus, sans mauvais souvenirs cette fois.

Mais je suis prudente, j’ai attendu qu’il fasse bien chaud pour entamer ce récit !

Posté par pyrouette à 11:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    les extraits (notamment le 1er) me plaisent beaucoup donc je note...
    besoin d'évasion de nouveau départ on dirait?

    Posté par Eve-Yeshe, 21 mai 2017 à 13:41
    • Oui désir d'évasion après les élections et les soucis de santé de ma fille, mais juste en lecture !

      Posté par pyrouette, 25 mai 2017 à 07:32
  • Je garde aussu un bon souvenir de cette lecture.

    Posté par Airelle, 21 mai 2017 à 18:50
  • Retrouvailles!

    Bonjour, en tapant le mot "Lozere", je suis arrivée sur ton blog. Et, le titre ne m'etait pas inconnu. Le pseudo non plus. Et en te relisant un peu, je me suis souvenue, a l'epoque j'avais un autre blog, il y a bien longtemps.... Je ne l'ai plus utiliser car plus moyebn de m'y connecter. Et a cette epoque, avant 2010, nous avions échangé. N'avais tu pas un probleme de santé (myelopathie cervicale)?
    Parce que je souffrais du meme problème.
    Contente de t'avoir "retrouvé". Je viens de creer un nouveau blog, puisque plus disponible a présent. Et j'habite a présent en.... Lozere.
    Je reviendrais, amicalement

    Posté par Odile, 09 juin 2017 à 21:59
    • Bonjour Odile,
      Toujours la même maladie mais j'habite dans le sud maintenant ! J'espère que tu trouves ton coin de Lozère agréable ? A bientôt

      Posté par pyrouette, 12 juin 2017 à 17:34

Poster un commentaire