la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Les bottes suédoises

Les-bottes-suedoises

 

 

Henning Mankell

ISBN : 2757866559

Éditeur : POINTS (01/06/2017)





4ème de couverture :

 

Par une nuit d’automne, sa maison a brûlé. Il a soixante-dix ans et plus grand chose à quoi se raccrocher : une vieille caravane, un petit bateau et une seule botte suédoise en caoutchouc. Reclus sur son île, a-t-il encore une raison de vivre ? L’hiver de la Baltique lui en offrira deux : sa fille, porteuse d’un secret, et une belle et énigmatique journaliste qui ranime sa soif d’amour...



Extraits :

 

“Quelqu'un qui a tout perdu n'a pas beaucoup de temps. À moins que ce soit l'inverse.”

“Cette scène m'a fait comprendre une fois pour toutes que les gens ne sont pas vraiment ce que nous croyons. Ça vaut pour tout le monde. Ça vaut pour ceux qu'on croit connaître le mieux. Ça vaut pour moi.”

“Comme si une maison pouvait se saborder elle-même à force de vieillesse, de fatigue, d'ennui.”

“Voilà à quoi ressemble le monde. Partout des gens qui se détournent.”

“La vérité était qu'en quelques heures ma vie avait tellement changé que j'avais soudain besoin de tout.”

“Même quand on vit simplement, comme c’est mon cas, il semble que le grand enjeu de l’existence soit malgré tout d’accumuler des quantités invraisemblables d’objets sans valeur.”



Mon avis :

 

Sur son île de la Baltique la maison de Fredrik brûle. Il a le temps de sortir, pas très habillé avec deux bottes dépareillées et deux pieds gauches. En quelques minutes cet homme de soixante-dix ans a tout perdu. Son voisin le plus proche va le dépanner de vêtements, Fredrik pourra se loger dans la caravane de sa fille qui est sur l’île.

Qui prévenir, à qui demander de l’aide et Fredrik a t-il vraiment besoin d’aide ? Pas facile tout ça. Il va prévenir sa fille qu’il ne connaît pas très bien, va faire des courses sur le continent et puis fait le tour de son île. C’est l’automne  de sa vie et sur son île.

Les autorités le soupçonnent d’avoir mis le feu délibérément, sa fille fantasque mais rêche va le brusquer dans sa vie d’ermite, son voisin est un peu trop présent, des gens meurent sur le continent et Fredrik s’embarque dans une drôle d’histoire avec une journaliste de trente ans sa cadette.

C’est une histoire tendre et drôle, une acceptation des autres avec leurs différences et leurs failles, sans se poser de question, naturellement. La peur de la mort est présente mais légère, juste un ressenti.

Et ce réveillon du nouvel an à trois dans une caravane avec plats du traiteur et vaisselle fine est un délice à lire, à vivre. Le luxe dans l’essentiel, c’est peut être ça la vie.

Les paysages toujours grandioses, la mer, la tempête, le froid, la pluie, la neige et l’île et cette vie qui continue malgré tout. Sublime !

 

Posté par pyrouette à 11:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    J'ai bien aimé "Les chaussures italiennes" donc j'ai prévu de lire la suite. les extraits donnent envie

    Posté par Eve-Yeshe, 15 juillet 2017 à 14:45
  • En agrandissant la photo du livre, j'ai vu qu'il s'agit en fait d'une suite ! Une chose est sûre, il y a des choses essentielles à lire dans ce livre.
    Cet auteur est très intéressant ; je ne me souviens plus du titre du livre que j'ai lu, toujours est-il que l'histoire se passait pour l'essentiel en Afrique ; par contre j'ai pu y apprendre beaucoup de choses concernant le ressenti des personnes noires par rapport aux blancs.
    Gros bisous, Corinne, et à la prochaine

    Posté par Pahi, 15 juillet 2017 à 21:45

Poster un commentaire