la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Continuer

 

images

 

 

Continuer

Laurent Mauvignier

ISBN : 2707329835

Éditeur : EDITIONS DE MINUIT (01/09/2016)





4ème de couverture :

 

Sibylle, à qui la jeunesse promettait un avenir brillant, a vu sa vie se défaire sous ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu laisser passer sa vie sans elle ? Si elle pense avoir tout raté jusqu’à aujourd’hui, elle est décidée à empêcher son fils, Samuel, de sombrer sans rien tenter.

Elle a ce projet fou de partir plusieurs mois avec lui à cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver ce fils qu’elle perd chaque jour davantage, et pour retrouver, peut-être, le fil de sa propre histoire.



Extraits :

 

“Les mots qui sont dits sont juste ceux qui ont assumé la vitesse de la pensée.” 

 

“Les mots sont ici comme tous ces poids morts dont on se débarrasse parce qu'ils ne servent qu'à alourdir les bagages.”

 

“Il regarde sa mère comme s'il ne le connaissait pas, et c'est vrai que, d'une certaine manière, il ne la connaît pas.”

 

“Quand le présent vous comble, pourquoi aller chercher demain ce qui s'accomplit pleinement chaque jour ?”

 

“Chacun a fait ce qu’il a pu pour que les choses continuent sans trop de problèmes, sans trop de heurts, pour éviter d’assumer la colère, la haine, le mépris d’un côté, ou le regret, le dépit, la honte de l’autre.”



Mon avis :

 

Sybille décide de vendre sa maison de famille pour partir faire du cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver son délinquant de fils.

Il faut dire qu’elle ne donne pas le bon exemple à la maison, le peu de temps qu’elle s’y trouve. Séparée du père de son fils, elle traîne en robe de chambre, le plus souvent attablée dans la cuisine, les cigarettes se succédant dans le grand cendrier. Son fils la déteste, il préfère son père qu’il ne voit que de temps en temps le weekend.

Sibylle, je l’aime et je la déteste, elle me ressemble trop. Elle donne l’impression de sombrer à chaque claque de la vie. Elle stagne un moment au fond du trou mais c’est pour mieux se relever et elle repart faire sa guerre, increvable (ah je l’ai bien choisi ce mot).

Elle est capable de tout, du pire comme du meilleur, mais surtout de se lancer des défis stupides et insurmontables.

Ce voyage pour faire comprendre à son fils qu’on est aussi responsable de se laisser entraîner dans une impasse que de s’y embarquer soi-même en est un bon exemple.

Pendant ce périple fait d’attaques, d’invitations chez les locaux et de rencontres improbables, Sibylle écrit sa vie, ses regrets, ses forces. Pendant ce temps, son fils l’ignore et continue à la détester, le casque vissé sur les oreilles pour écouter sa musique.

Un autre mauvais choix pendant leur séjour va les faire culbuter dans l’horreur. Pour le coup, Samuel va rentrer un peu plus vite dans le monde des adultes prenant enfin des décisions.

L’auteur écrit des histoires qui ne peuvent laisser indifférent, il va chercher les failles de ses personnages et ensuite il creuse jusqu’au point de non retour.

 

 

 

 

 

Posté par pyrouette à 17:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Coucou Corinne,
    Voilà un livre qui promet de secouer...
    Merci pour ton partage et gros bisous à toi

    Posté par Pahi, 11 septembre 2017 à 20:19
  • j'ai très envie de le lire depuis sa sortie mais j'hésite à me lancer, car sujet délicat

    Posté par Eve-Yeshe, 12 septembre 2017 à 13:56

Poster un commentaire