la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Mo a dit

editions-metailie

 

 

 

James Kelman

ISBN : 1022607057

Éditeur : MÉTAILIÉ (14/09/2017)

Traductrice : Céline Schwaller




4ème de couverture :

 

Helen travaille de nuit dans un casino comme croupière, et vit dans un minuscule appartement de la banlieue londonienne, avec sa petite fille de six ans et son compagnon, Mo, anglo-pakistanais, qui trouve qu’elle est tordue. Plus que tordue, dit-elle.

Les pensées filent en roue libre – racisme ordinaire, sexisme à la petite semaine, résistance au quotidien –, Helen somnole, se souvient, rêve et s’obsède, comme une Molly Bloom de banlieue, en moins frivole. Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme, entre la bouilloire qui fuit et le sommeil qui ne vient pas, l’avalanche des problèmes matériels et une vie exiguë qui paraît sans issue.

Le monologue intérieur d’un personnage à la Ken Loach, dans la langue bouillonnante de James Kelman, toujours au plus près de ce qu’on n’appelle plus la classe ouvrière.



Extraits :

 

“L'amertume hante les gens.”

 

“L'époque censée être heureuse, quand la vie était censée être belle.”

 

“Lumière du matin mais des ombres persistaient. Des ombres de nos vies. Une ombre de notre vie. Ce que sont nos vies. Ces ombres, dans ces ombres.”

 

“Les gens possédaient des morceaux de vous.”

 

“Les gens sont pas toujours capables de sourire, c'était usant de devoir se forcer. Les sourires perpétuels. Souris, souris, pourquoi tu souris pas ?”

 

“Seulement attendre, ça représentait combien de temps de sa vie, attendre, et toujours les autres, c'est leur vie qui compte, la leur et pas la vôtre.”

 

“Plein de temps mais pas le temps. C’était donc ça la vie ? C’était ça la vie. La sienne en tout cas.”



Mon avis :

Nous entrons directement dans le cerveau d’une jeune femme Helen, perpétuelle angoissée qui ressasse et rumine ses pensées.

Helen, travaillant de nuit, partage un taxi avec quelques collègues et amies pour rentrer. Ce matin là une scène particulièrement violente, du moins pour elle, va déclencher ses mauvaises pensées. A un carrefour assez dangereux, elle voit, deux pauvres bougres, certainement sans domicile, traverser dangereusement devant les voitures. Elle seule remarque la scène, ses collègues papotant. Et c’est toujours comme ça. Elle seule voit ce genre de scène. Et traumatisme supplémentaire, elle pense reconnaître son frère Brian dans l’un des deux hommes.

Arrivée chez elle, sans faire de bruit car sa fille Sophie et son compagnon Mo dorment encore, elle sort de vieilles photos de sa famille pour vérifier. Les vieux souvenirs affluent, pas très agréables.

Attention le départ est imminent pour les pensées et la vie d’Helen :  son enfance, la mort de son père, le départ de son frère, l’indifférence de sa mère, le père de sa fille, la personnalité de sa fille, le taudis où ils vivent, son travail de nuit et Mo son compagnon pakistanais, si gentil et si bizarre. Puis la société, l’amitié, le racisme, le quartier, tout y passe pendant 24 heures, sans une pause, sans un ouf, le cerveau d’Helen fume, transpire et ça l’empêche de dormir, même de se reposer.

Deux particularités du style de l’auteur : on parle d’Helen ou d’elle, jamais de phrase à la première personne du singulier et pourtant je lisais et j’étais dans les pensées d’Helen. Et malgré sa vie difficile aux frontières de la précarité, son enfance loin d’être idyllique, il n’y a pas de négation dans ses phrases, comme si sa vie était presque belle, comme si elle essayait d’y croire.

Cette histoire est écrite d’un bloc sans chapitre, juste quelques paragraphes pour sauter d’une pensée à une autre.

Même la photo de la couverture du livre est parfaite : une femme assise, chez elle, avec son manteau encore sur le dos.

Un grand merci à Masse critique de Babelio et aux Éditions Métailié pour cette découverte particulière mais combien agréable !

 

 

Posté par pyrouette à 09:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • je me laisserai peut-être tenter même si le sujet est difficile par les temps qui courent!!!

    Posté par Eve-Yeshe, 08 octobre 2017 à 13:56
  • Personne

    Je répond sur le deuxième message vu que sur le dernier cela ne fonctionne pas.Cette histoire m'est arrivée au labo photo de mon association en juillet 2016.Le centre culturel fermant à 18h cause veille de vacances.Toutes les secrétaires étaient prévenues malgré cela je me suis retrouvé enfermé dans le centre culturel à 17h 30 les agents étant partis 30 minutes plus tôt c.'est les vigiles de la sécurité qui m'ont fait sortir à 21h, je revenais de loin ,presque 3h 30 seul dans le labo en laissant les lumières allumées l'alarme s'est mise à sonner.Se retrouver isolé tu as le cerveau qui déconne , tu cherches une solution pour sortir mes proches et amis étaient prévenus par mobile, j'en ai donné des coups de pieds dans la porte en vain ,HURLE, CRIE, personne tu te vois passer des jours là enfermé J'avais plus de place que l'héroïne de ton livre, mais au nom de la sécurité une porte supplémentaire coupait le chemin à mi parcours.C'est un légume qui est sorti enfin libre quelques heures plus tard je m'en suis fait des films , moments de lucidité, de colère d'abattement. tout y est passé.A la rentrée 2016 - 2017 ce ne fut pas la même musiques pour les agents du centre.Bien sûr les questions des vigiles qui se "fendaient la poire" de ma mésaventure après un :"que faîtes vous là" comme si tu étais coupable Actuellement il y a souvent une bonne âme qui me rappelle ce fait et ils en rigolent .

    Posté par celadon7, 16 octobre 2017 à 18:07

Poster un commentaire