la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

N'être personne

 

G00195

 

 

Gaëlle Obiégly

ISBN : 207270670X

Éditeur : VERTICALES (03/01/2017)




 

 

4ème de couverture :

 

«Je m'utilise comme si j'étais un instrument. De toute façon, je suis une toute petite partie d'un être immense et souvent je dis des conneries. C'est pour ça que je cherche à n'être personne. Ça me permet d'en dire moins. Ou plus, mais sans craindre pour ma réputation.»

Hôtesse d'accueil accidentellement enfermée un week-end entier dans les wc de son entreprise, la narratrice de N'être personne va endurer cette épreuve avec les moyens du bord (de la sagesse, du papier hygiénique, un stylo bic) en improvisant un cabinet d'écriture. Au gré de remémorations, apparemment chaotiques, elle se trouve peu à peu traversée par tous les âges de la vie.



Extraits :

 

“On se fait soi-même, avec l'aide des autres, chaque jour on recommence. Et la nuit nous défait.”

 

“Des terreurs et en même temps je n'ai peur de rien. Le danger, il vient de moi-même. Je me fais tout un monde de rien et soudain je tombe dans le désespoir.”

 

“La pensée c'est inclassable, c'est imparfait, autonome, ça n'entre pas dans un genre.”

 

“Les gens que j'aime sincèrement, je ne veux pas les décevoir en réussissant trop ma vie.”

 

“Peut-être que le mal vous égare, mais le bien vous séquestre.”

 

“C’est comme ça, je ne peux pas aimer mes semblables. Le nous, c’est surchargé. Je préfère la gracilité du je.”

 

“J'ai fermé la porte brusquement et au moment où j'ai tourné le verrou, plus par réflexe que par nécessité vu que j'étais seule dans l'immeuble, j'ai regretté mon geste vigoureusement. “



Mon avis :

 

Ceux qui me connaissent vont comprendre la raison du choix de ce livre en lisant le résumé (vont rire et se moquer).

 

La narratrice enfermée un weekend dans les toilettes de l’entreprise où elle travaille comme réceptionniste va vite se résigner. Armée de papier wc et d’un stylo, elle se remémore des instants de sa vie avec des dates précises mais sans ordre cohérent. Ce livre pourrait aussi s’appeler : la voix de ma vie intérieure.

 

Et il faut dire qu’elle est riche cette vie intérieure. notre réceptionniste se pose des questions sur tout, nous raconte son enfance à la campagne, puis la vie à la ville, les voyages dans le monde, l’amitié, l’amour, la politique tout y passe. Malgré son don pour les langues, pour l’écriture, la littérature, son choix premier est de passer inaperçue : n’être personne prend toute sa dimension. Vaguement communiste, franchement en marge de la société, elle s’entoure de ses morts et de ses souvenirs. Son boulot est une planque, rien d’autre.

 

C’est une écriture différente, une construction hors norme, un récit savoureux mais déroutant. Des pensées jetées pêles-mêles, un questionnement sur le sens de la vie. Si vous aimez les romans classiques, passez votre chemin.

 

Posté par pyrouette à 16:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    re personne

    depuis le comm sur le précédent message c'est revenu à la normale.Je compatis ayant eu la même mésaventure

    Posté par celadon7, 16 octobre 2017 à 18:10
  • je vais peut-être passer mon chemin... pour l'instant du moins!

    Posté par Eve-Yeshe, 17 octobre 2017 à 13:59
    • Tu as raison

      Posté par pyrouette, 25 octobre 2017 à 16:36

Poster un commentaire