la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

La tresse

75683085_14726029

 

 

 

 

Laetitia Colombani

ISBN : 2246813883

Éditeur : GRASSET (10/05/2017)





4ème de couverture :

 

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté. Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l'école. Sicile. Giulia travaille dans l'atelier de son père. Lorsqu'il est victime d'un accident, elle découvre que l'entreprise familiale est ruinée. Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu'elle est gravement malade. Liées sans le savoir parce qu'elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d'humanité, leurs histoires tissent une tresse d'espoir et de solidarité.



Extraits :

 

“La culpabilité était sa vieille compagne, qui s'imposait partout sans y être invitée. Elle était là. Il fallait faire avec.”

“Elle a parfois l'impression qu'ici, le temps s'est arrêté. Il continue sa course dehors, mais à l'intérieur de ces murs, elle se sent protégée. C'est un sentiment doux, rassurant, la certitude d'une étrange permanence des choses.”

 

“Devant les épreuves que la vie leur a imposées, elle n'a jamais flanché, jamais cédé, c'est une femme forte et volontaire. Mais pas aujourd'hui.”

 

“Sa révolte est silencieuse, inaudible, presque invisible. Mais elle est là.”

 

“Partir, fuir cet endroit. C'est la seule issue.”

 

“Cet effet auquel elle n'était pas préparée, et qu'aucune ordonnance ne viendra soigner, c'est l'exclusion qui va de pair avec la maladie, cette lente et douloureuse mise à l'écart.”

 

“Elle se voyait du bon côté de la barrière, dans un monde civilisé. Elle se trompait.”



Mon avis :

 

Quand j’ai fini ce livre, une petite phrase revenait insidieusement dans mon cerveau. Petite phrase  d’une jeune journaliste féministe, Titiou Lecoq, lue il y a quelques semaines : “c’est déjà difficile d’être soi, si en plus il faut être une femme, ça relève de l’impossible.” C’est comme ça que je vois cette histoire.

Trois femmes, trois combattantes qui se battent contre leur destin et qui sont reliées par le lien des cheveux, même si elles ne se connaissent pas.

En Inde, Smita l’intouchable dont le travail est de ramasser les excréments des autres, ne veut pas de cette vie pour sa fille. Elle a réussi à convaincre son compagnon de payer pour que Lalita puisse aller à l’école du village. La suite ne se passera pas bien et Smita décide de fuir cette vie avec sa fille. Si elle réussit elle fera don de sa chevelure, l’offrande des pauvres.

En Italie, Giulia plie sous le poids de sa famille, enfin surtout celui de sa mère, et des traditions. Son père a eu un accident et elle doit reprendre l’atelier de perruques. Son père mourra sans reprendre connaissance, l'atelier est en faillite et Giulia devra se battre, d’une part, pour ne pas épouser celui qui pourrait sauver de la ruine sa mère et ses soeurs, mais surtout pour convaincre tout ce beau petit monde qu’il faut changer le mode de fonctionnement de l’entreprise familiale et acheter en Inde de vrais cheveux.

Sarah, belle et libre canadienne est avocate dans un monde de requins. Battante elle a caché ses grossesses et sépare consciencieusement sa vie privée et sa vie professionnelle, c’est le prix de la réussite. Mais Sarah tombe malade et ce genre de maladie ne se cache pas longtemps. Elle apprendra qu’on met toujours un malade à l’écart. L’exclusion, la maladie, vont mettre Sarah à rude épreuve, elle devra faire des choix de vie, mais va d’abord s’acheter une perruque pour cacher les ravages de la chimio.

Alors, vous préférez quel destin ? Je suis sympa, je vous laisse choisir !

Posté par pyrouette à 16:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    je fais partie des lecteurs qui ont bien aimé ce livre (le 1er roman de l'auteure) avec une préférence pour l'histoire de Smita

    Posté par Eve-Yeshe, 16 janvier 2018 à 13:32
  • Coucou Corinne,
    Cette notification je me la suis gardée pour relire encore ta critique. Cet ouvrage est tentant et me le note donc
    Gros bisous à toi et passe un paisible dimanche.

    Posté par Pahi, 20 janvier 2018 à 20:37

Poster un commentaire