la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Les huit montagnes

WP_20180427_002

 

Paolo Cognetti

ISBN : 2234083192

Éditeur : STOCK (23/08/2017)




4ème de couverture :

 

«Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes.»

Pietro est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes. Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana, au cœur du val d'Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers, puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.

Vingt ans plus tard, c'est dans ces mêmes montagnes et auprès de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son passé — et son avenir.

Dans une langue pure et poétique, Paolo Cognetti mêle l'intime à l'universel et signe un grand roman d'apprentissage et de filiation.

Traduit de l'italien par Anita Rochedy

Prix Strega et Strega Giovani 2017



Extraits :

 

“À ton avis, le passé, il peut passer une deuxième fois ?”

 

“Tout le monde n'est pas de cet avis, mais ma mère croyait dur comme fer qu'il fallait intervenir dans la vie des autres.”

 

“Il dégageait cette même odeur d'étable, de foin, de lait caillé, de terre humide et de feu de bois qui, depuis, est restée pour moi l'odeur de la montagne, celle que j'ai retrouvée dans toutes les montagnes du monde.”

 

“Il ne faut pas croire qu'ils avaient le choix. Si quelqu'un va s'installer là-haut, c'est qu'en bas on ne le laisse pas en paix.”

 

“Je commençais à comprendre ce qui arrive à quelqu'un qui s'en va : les autres continuent de vivre sans lui.”


“On trouve sa place dans le monde par des moyens moins imprévisibles qu’on ne le croit.”



Mon avis :

 

Une histoire d’amitié, de famille, de persévérance. Qui ne rêverait  pas d’un ami capable de traverser une partie du monde pour vous rejoindre et essayer de soulager votre peine ?

Une amitié qui commence lorsque Pietro et Bruno ont une dizaine d’années, dans un petit village de montagne. Grana pour Pietro représente les vacances, pour ses parents un bout de leur passé et un endroit où ils se sentent bien. Pour Bruno le petit montagnard, Grana représente toute sa vie et cela ne changera guère au cours des décennies suivantes.

Grana, c’est aussi pour s’évader de Milan, du bruit, de la fureur de la ville. Un point d'ancrage où le père de Pietro peut se ressourcer en marchant toujours plus haut dans la montagne. Pietro l'accompagne pendant quelques années jusqu’à cette adolescence rebelle où l’on ne comprend plus ses parents. Bruno prendra la suite. 

C’est aussi une histoire de malentendus entre un fils et son père. Un homme taiseux et solitaire qui ne peut transmettre que l’amour de la montagne à son fils. Pietro n’apprendra que la fuite, allant vivre dans d’autres montagnes et d’autres villes du monde.

Le père meurt et Pietro revient. Il retrouve l’appartement à Milan et la maison de la montagne à Grana. Bruno est là, comme toujours, ami fidèle. Il va aider Pietro à finir le projet du père.

Le cours de leur vie va reprendre et Pietro fera les allers-retours entre sa vie et cette montagne qui lui rappelle celui qu’il n’est plus et lui colle une profonde tristesse. Comme son père c’est un solitaire, un taiseux. 

Pietro parcourt les huit montagnes, Bruno reste au centre de son monde. Quel est celui qui trouvera sa place dans cette vie, l’endroit de la sérénité ?








 

 

Posté par pyrouette à 17:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • j'ai bien aimé ce roman:l'histoire est intéressante et l'écriture est belle...

    Posté par Eve-Yeshe, 28 avril 2018 à 13:50
  • Oh voilà qui devrait beaucoup me plaire, chère Corinne !
    Merci pour ce beau billet et gros bisous

    Posté par Pahi, 29 avril 2018 à 21:28

Poster un commentaire