la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Quelle n'est pas ma joie

 

Quelle n'est pas ma joie par Grondahl

Jens Christian Grondahl

ISBN : 207268949X

Éditeur : GALLIMARD (08/02/2018)



4ème de couverture :

 

"Voilà, ton mari est mort lui aussi, Anna. Ton mari, notre mari. J'aurais aimé qu'il repose à côté de toi."

Ellinor a soixante-dix ans. Elle vient de perdre Georg, son mari, et elle a rapidement décidé de vendre leur maison, dans la banlieue chic de Copenhague, afin de retourner vivre à Vesterbro, le quartier populaire de son enfance. Et Ellinor va se raconter. Elle s'adresse à Anna, sa meilleure amie, qui était la première femme de Georg. Et la maîtresse de Henning, son mari à elle. Anna et Henning ont été emportés par une avalanche dans les Dolomites, pendant des vacances que les deux couples passaient ensemble, au cours des années soixante.

Ce roman d'une vie vécue longuement à la place d'une autre mêle les surprises, la rancoeur, l'agressivité et la jalousie. Et les regrets : "Nous, qui ne sommes plus aimés, nous devons choisir entre la vengeance et la compréhension", écrit ainsi Ellinor. Ce livre est une apostrophe, à la fois exercice de deuil, de mémoire et de réflexion, où le "tu" donne une immédiateté nouvelle à la palette du grand écrivain qu'est Jens Christian Grøndahl.



Extraits :

 

“On a l'habitude que la réalité ne renvoie que ce que l'on pense et ressent.”

 

“De toute évidence, il n'y a rien d'aussi bon pour l'estime de soi que de se placer juste à côté du chagrin d'une autre personne et de montrer que l'on n'a pas le vertige.”

 

“Il nous faut choisir la douleur qui nous convient, et je n'ai jamais été du genre à regarder en arrière.”


“Quand ai-je commencé à m’éloigner de cette famille qui aurait dû être la tienne ?”




Mon avis :

 

Ce récit d’une vie est tout simplement beau. Beau avec son humanité, une vie avec ses failles et ses forces. Ellinor écrit et se confie à sa meilleure amie, lui confie ses doutes, lui raconte sa famille depuis qu’elle n’est plus. Aimer le mari d’une autre, élever les enfants d’une autre, alors que cette autre était son amie et aussi la maîtresse de son premier mari. Alors que cette autre restera présente dans sa vie, Ellinor essaiera d’aimer sincèrement les jumeaux, comme ses propres enfants sans jamais remplacer leur maman, aimer le père de ces petits avec beaucoup de tendresse et de complicité. Mais voilà Georg est mort et avec lui, la cohérence de cette famille. Soixante-dix ans est un bel âge pour reprendre sa vie en main et retourner vivre dans le quartier populaire de son enfance.

La maison est mise en vente et les jumeaux n’apprécient pas.

Pendant ce temps Ellinor raconte à son amie son enfance sans père, le manque de complicité avec sa propre mère, la rencontre avec son premier mari, l’avortement et la stérilité ensuite, comme une punition.

Les meilleures années étaient celles de leur amitié.

Ellinor fait son deuil avec des mots qui grincent et qui heurtent. Le deuil de Georg, de Henning son premier mari, d’Anna son amie.

Très belle lecture.

 

Posté par pyrouette à 16:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    je pense qu'il me plairait!

    Posté par Eve-Yeshe, 03 juillet 2018 à 13:48
    • Peut-être !

      Posté par pyrouette, 09 juillet 2018 à 08:21
  • héritage

    seule la femme est héritière de la maison dans cette histoire donc même si cela déplait aux jumeaux ils n'ont rien à dire ,malgré que ce soit l'endroit de leur enfance .Dans les héritages il y a toujours des mécontents Heureusement que dans cette histoire ce n'est pas pour de l'argent .J'en sort et n'ai rien demandé sauf les albums photo cela a paru dérisoire pour les autres parties mais très important pour moi.Se bagarrer pour un bâtiment, des meubles les comptes épargne du défunt c'est vil,

    Posté par celadon7, 06 août 2018 à 19:15

Poster un commentaire