la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Michel Galabru, une vie d'artiste

 

Michel Galabru, une vie d'artiste par Dureau

Christian Dureau

ISBN : 2841678237

Éditeur : EDITIONS CARPENTIER (07/03/2013)




4ème de couverture :

 

Rendu célèbre par le rôle de l'adjudant Gerber du Gendarme à Saint-Tropez, consacré pour sa stupéfiante prestation dans Le Juge et l'Assassin, Michel Galabru est aujourd'hui le plus populaire des acteurs français. Sept années à la Comédie-Française, une cinquantaine de pièces de théâtre, plus de cent téléfilms et deux cents longs métrages à son actif font de sa longue carrière l'une des plus belles réussites du métier.



Extraits :

 

"La plupart des personnages qui me furent proposés au cinéma hésitait entre le burlesque et la monstruosité. Ce qui illustre après tout, le sens de la vie."

 

"On atteint l'équilibre quand on a mesuré que tout cela n'existe guère, qu'on sera oublié peu après, qu'on n'intéresse personne."

 

"J’ai longtemps rêvé d’être Sacha guitry, la séduction incarnée, le magicien du verbe, toute la subtilité du monde."



Mon avis :

 

Dans ma mémoire, il y avait cette scène avec Michel Galabru dans l’arrière pays. Je pensais pouvoir relier le village où sa famille avait une maison de vacances et ce film. Ma mémoire me joue des tours. Malgré la lecture très intéressante de cette filmographie, plus qu'une biographie, de cet artiste, je n’ai pas retrouvé le titre de ce film.

Michel était adolescent quand il est arrivé dans les environs de Montpellier. Il était très attaché à cette maison de famille à Avène.

Il rêve d’être acteur, n’aime pas l’école dont il est souvent renvoyé, son père lui demande de faire des études. La guerre est déclarée et Michel envoyé dans un camp de travail, accusé de sabotage.

C’est seulement, à son retour, à la fin de la guerre, que Michel monte à Paris pour réaliser son rêve.

Premier prix du conservatoire, il débute sa carrière avec de beaux rôles, il restera sept ans à la Comédie française.

Puis il décide d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte et cet homme brillant qui aspire à une carrière à la Sacha Guitry, son idole, son modèle, va débuter dans le cinéma avec des personnages de comiques voire même de bouffons.

Il fonde une famille a besoin d’argent et accepte des rôles qui ne lui conviennent pas mais qui fait bouillir la marmite.

Michel Galabru a souffert de son image de pitre. C’était un être avec des blessures, un grand sensible. Il est mort dans son sommeil à l'âge de 93 ans.

Je n’avais jamais réalisé le nombre de films, téléfilms, pièces de théâtre. Je reste impressionnée et admirative.

 

 

Posté par pyrouette à 15:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    il est magnifique dans "Le juge et l'assassin" et touchant comme adjudant Gerber... Pas mal non plus dans "La cage aux folles" il pouvait tout jouer....

    Posté par Eve-Yeshe, 24 septembre 2018 à 16:26

Poster un commentaire