la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Le bon fils

 

Le bon fils par Michelis

Denis Michelis

ISBN : 288250425X

Éditeur : NOIR SUR BLANC (25/08/2016)





4ème de couverture :

 

Un père et son fils cherchent à se faire une place l’un auprès de l’autre dans une nouvelle vie à la campagne. Mais comment peuvent-ils espérer en leur avenir si le fils refuse de bien travailler au lycée et si le père néglige son rôle de parent ? L’arrivée inopinée d’un dénommé Hans, un ami de longue date, personnage équivoque aux méthodes étranges, bouscule leur vie et lui donne un sens insoupçonné.

 

Le roman entrelace obsessions et métaphores sur le mythe d'oedipe et nous donne à mesure à quel point le passage à l’âge adulte transfigure la réalité.

 

 

Extraits :

 

"Le voici qui recommence à geindre, on dirait un vieil âne que l'on presse de monter au sommet d'une colline."

 

"C'est si simple de remplacer une personne par une autre."

 

"Les images de la veille s'affadissent, pareilles à des éclats de rêves qu'on tente de recoller au réveil mais dont l'assemblage se révèle trop fastidieux."

 

"Dans la vie, les choses évoluent. Les rôles aussi."



Mon avis :

 

Albertin est en voiture avec son père. Ils traversent une partie du pays pour habiter dans la campagne. C’est mieux pour la santé du père. C’est mieux pour qu’Albertin devienne un bon fils. Le père se lamente, geint, se plaint, tout le temps. Albertin, ado, déjà conditionné en prisonnier, souffle. Sa mère est partie à cause de ce petit. Elle a essayé pourtant.

Dans ce nouvel environnement, le seul ami d’Albertin est un frêne à qui il se confie. Il ne travaille pas trop au Lycée et son père continue de gémir et de se plaindre.

Et puis Hans, ami de longue date du père, arrive. Le père va pouvoir se reposer, Hans prend tout en charge. Il change le prénom de cet ado : Constant, désormais. Hans prépare à manger, aménage la maison, range, nettoie et s’occupe de Constant. Il l’amène au lycée en voiture, le ramène à la maison et fait en sorte qu’il soit un bon fils. Les quelques coups qui pleuvent sur Constant ne sont que des accidents. Hans est un artiste, il peint dans le sous-sol de la maison.

Le père vit dans son fauteuil à côté de la cheminée, dans ce salon-salle à manger traversant, sans regarder vraiment ce qui se passe dans la maison, soulagé de ne plus s’occuper de son fils.

Albertin devenu Constant deviendra t-il un bon fils ?

Une histoire insaisissable racontée avec subtilité.

 

 

 

 

 

 

Posté par pyrouette à 18:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • étrange! mais pourquoi pas?
    tu aimes toujours autant les histoires familiales particulièrement complexes

    Posté par Eve-Yeshe, 19 novembre 2018 à 14:21
    • Oui Eve, je reconnais. Mais jusqu'ici c'était plutôt la mère qui était défaillante. Là je m'attaque au père, ça change !

      Posté par pyrouette, 21 novembre 2018 à 07:15

Poster un commentaire