la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Le berceau

 

 

Le berceau par Chesnel

 

Fanny Chesnel

ISBN : 2081451158

Éditeur : FLAMMARION (06/02/2019)

 

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)




4ème de couverture :

 

Joseph fabrique le berceau de sa première petite-fille, lorsqu’un coup de téléphone l’interrompt. Un crash d’avion : son fils dedans, son gendre aussi. Et la petite alors ? Sauve, bien vivante ! Prête à naître, car grandissant dans le ventre d’une mère porteuse canadienne choisie par le couple homosexuel. Joseph n’a jamais foutu les pieds hors de sa Normandie natale , il a passé sa vie dans une ferme, vendu ses vaches, enterré sa femme : il n’a plus que cette enfant en tête. Alors, il part. A la rencontre de la minuscule promesse qui prolonge l’existence de son fils. A la rencontre de la jeune étrangère, farouche et indomptable, qui la couve. Rien n’est simple dans cette histoire, mais il se lance à plein régime, dans une réinvention audacieuse et poignante de la famille contemporaine.



Extraits :

 

“Il y a un silence. On ignore pourquoi. Cette hésitation mesquine. Un rond de jambe au malheur. Alors qu'à ce moment précis, on a déjà compris que ce temps mort pue le drame, inutile de languir.”

 

“C'est étrange comme la réalité se tord parfois.”

 

“Quelle que soit la région où l'on se débat, on dispose d'un arsenal de formules pour s'assurer que personne ne restera sans se revoir, que le coeur ne lâchera pas en route et que l'avenir est aussi prédictible que nous le décrétons.”

 

“L’accepter prend du temps. Mais l’admettre est essentiel.”



Mon avis :

 

Joseph n’a pas hésité une seconde malgré la perte de son fils et son deuil en cours. Paysan normand, profondément attaché à sa terre et n’ayant jamais voyagé, il ira coûte que coûte, rejoindre cette petite fille en cours de fabrication dans le ventre d’une mère porteuse. Les autres grands-parents ne sont pas intéressés par cette vie future.

Joseph se remémore l’enfance d’emmanuel ce fils tant aimé qu’il ne comprenait pas mais admirait tellement. Ce gars qui lui ressemblait tant physiquement et si peu moralement. Il pense aussi à Marie-France sa moitié, qui est morte.

Joseph agit et pense, l’un n’empêche pas l’autre. Sa rencontre avec la mère porteuse commence mal. Heureusement cette dernière parle français.

Je suis rentrée immédiatement dans la vie de Joseph, ce bonhomme bien dans sa peau, qui ne juge pas, acceptant les choix des autres. Aude sa fille est comme lui, elle pardonne aux faibles et surnage dans le chaos. Ils font une équipe de choc, ces deux-là et heureusement.

C’est une histoire qui paraît facile mais attention à l'ascenseur des émotions. Je ne peux dévoiler plus de cette belle histoire de résilience. Laissez-vous emporter dans la vie de Joseph, elle est loin d’être monotone.

Merci à Babelio et son masse critique et les Éditions Flammarion

 

mc logo.png

 

Posté par pyrouette à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire