la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Être à distance

 

Être à distance par Guelfenbein

Carla Guelfenbein

ISBN : 2330074654

Éditeur : ACTES SUD (11/01/2017)

Traducteur : Claude Bleton



4ème de couverture :

Vera Sigall, romancière octogénaire aussi discrète qu’adulée, est retrouvée inconsciente au pied de son escalier, victime d’une chute supposément accidentelle - mais une porte dérobée de sa maison est restée entrouverte… Son ami Daniel, de cinquante ans son cadet, architecte sans illusion et mari mal aimé, est troublé par les conclusion de l’enquête. Dans la salle d’attente de l’hôpital, il fait la connaissance d’Emilia, étudiante franco-chilienne qui consacre sa thèse à l’oeuvre de la romancière. Elle était venu au Chili pour la rencontrer, sur la recommandation, sur le recommandation chaleureuse d’Horacio Infante. Cet éminent poète, ancien amant de l’écrivaine, a mystérieusement pris Emilia sous son aile.

Ensemble la jeune femme et Daniel affrontent les secrets de la liaison passionnelle et destructrice de ces deux monstres sacrés, unis par un pacte indicible depuis plus d’un demi-siècle, et commencent à écrire la légende de leur propre histoire.

Autour du corps inanimé de Vera, telles des planètes en gravité tirant leur énergie d’une superbe étoile, chacun vient mettre en scène ses plus intimes failles et faire l’inventaire des zones d’ombre du mensonge et de la vérité, du talent et de la médiocrité, de la consécration et de l’oubli.

 

Extraits :

“Tu me disais souvent que toute la richesse d'un créateur, c'étaient ses fractures, ses incertitudes, ses questions et ses faiblesses, le doute constant de la raison ultime des choses. C'était à travers ces failles que pouvait surgir ce qui n'avait jamais été là auparavant.”

“Et je me dis que le bonheur et la douleur allaient ensemble, et que nous ne pouvions pas savoir à l'avance quand l'un ou l'autre prendrait l'avantage.”

“Que puis-je faire de cette paix qui se faufile dans les interstices en m'étouffant, et que vous autres appelez le bonheur ?”

“Jusqu’à quel point sommes nous capables de connaître l’autre ? Il reste toujours une zone insondable, un espace où sont nichés les sentiments les plus bas, un territoire obscur, qui bien souvent n’est même pas visible à nos propres yeux, car dans le cas contraire le délicat échafaudage que nous avons dressé au cours de notre existence s’effondrerait d’un seul coup.”

 

Mon avis :

Tout est dit dans le résumé de l'Éditeur et ce n’est pas en le lisant que j’ai choisi ce livre. C’est le titre qui m’attirait : Être à distance… À distance de quoi, de qui ? Et puis je connaissais le style de  Carla Guelfenbein et je savais que cette histoire serait idéale pour quelques jours de congés. Une romancière octogénaire qui fait une mauvaise chute accidentelle ou pas dans un escalier, c’est presque banal. Ce qui ne l’est pas, ce sont les personnages qui gravitent autour d’elle et le mystère qu’elle a entretenu toute sa vie presque malgré elle.

Daniel, l’ami voisin, l’Architecte incapable d’aller au bout de ses rêves, marié pourtant à son premier amour, mais qui vit mal car son épouse est une arriviste. Emilia, l’étudiante qui vient rencontrer Vera  au Chili et étudier son oeuvre pour sa thèse et qui ne supporte pas qu’on la touche et pourtant fiancée à un ami d’enfance, petit en taille. Horacio, l’ancien amant, poète reconnu et pourtant porteur de secrets et léger manipulateur. Ces trois personnages nous racontent, du moins nous en avons l’impression,  l’histoire de Vera, leur histoire et révèlent petit à petit, leurs failles, leurs amours, les mensonges et les raisons de leurs actes.

L’auteure est une magicienne, elle nous entraîne, dans ses histoires, et nous sommes ferrés dès les premières lignes. Alors il ne reste qu’une envie : rester dans l’histoire le plus longtemps possible.

 

Posté par pyrouette à 19:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Magnifique chronique !!!! Vous devenez poètes à votre tour, vous, chroniqueurs et chroniqueuses littéraires, lorsqu'un livre vous séduits vraiment ☺

    Posté par Christine/Marmar, 03 juin 2019 à 20:46
    • Merci Christine

      Posté par pyrouette, 04 juin 2019 à 19:03
  • intéressant! j'aime bien ce genre de récit et je ne connais pas du tout (ni le titre, ni l'auteur!)

    Posté par Eve-Yeshe, 05 juin 2019 à 15:01

Poster un commentaire