la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Toute une vie et un soir

Toute une vie et un soir par Griffin

 

 

Anne Griffin

ISBN : 241301750X

Éditeur : DELCOURT LITTÉRATURE (03/04/2019)

 

4ème de couverture :

Dans une bourgade du comté de Meath, Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours. Sauf que ce soir, rien n’est pareil : Maurice est là pour se souvenir - de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus. Au fil de la soirée, il veut porter un toast aux personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, à l’innocente Noreen, sa belle soeur un peu timbrée, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux Etats-Unis et, enfin, à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est une vie entière qui se révèle dans sa vérité franche et poignante…

 

Extraits :

“Il n'empêche, je suis assis ici et j'ai mes raisons fiston. J'ai mes raisons.Il n'empêche, je suis assis ici et j'ai mes raisons fiston. J'ai mes raisons.”

“J'aurais peut-être été plus heureux si t'avais été con. Le portrait de ton père. J'aurais eu moins de mal à discuter avec toi.”

“Moi, je préfère les petits espaces douillets, rassurants. On s'y sent au chaud, sans compter que c'est plus pratique d'avoir tout à portée de main.”

“Crois-moi sur parole, ça s’arrange pas avec l’âge. C’est comme si on s’enfouissait toujours plus loin dans notre solitude. Pour régler nos problèmes nous-mêmes.”

“Personne, absolument personne ne peut savoir ce que c’est de perdre quelqu’un qu’on aime tant qu’il l’a pas vécu.”

“Vous savez donc que c’est l’enfer sur terre. On a le choix entre vivre avec cette peine ou la fuir.”

 

Mon avis :

Tout d’abord je n’ai pas apprécié la rencontre avec Maurice vieil homme de 84 ans. Dès les premières pages le voilà qui abandonne son chien et le donne à sa femme de ménage. Le chien fera de la résistance ne comprenant pas. Maurice a quand même un mauvais caractère, a passé sa vie à gagner de l’argent sur le malheur des autres et il est rancunier, c’est le moins qu’on puisse dire. Sa femme est morte il y a deux ans et son fils lui suggère depuis de vivre dans une maison de retraite.

Alors Maurice a mis de l’ordre dans ses affaires, a rangé, vendu et fait son testament. Un an qu’il fait des cartons. Le dernier avec ses affaires courantes est parti. C’est le grand soir, Maurice a réservé la suite de l’hôtel du village et il va passer la soirée au bar, portant un toast à chaque personne chère à son coeur et comme il ne sait pas bien écrire il va raconter en s’adressant à son fils.

Il commence par Tony son grand frère protecteur mort jeune de la phtisie après des semaines d’agonie. Il raconte ses parents, son frère, ses deux soeurs. La misère aussi mais bien plus douce que dans les autres familles. Le travail et l’injustice, cette injustice qui le rendra rancunier à mort ou presque.

Sa petite fille morte avant de naître. Un abîme de chagrin pour Sadie son épouse et lui. Maurice se remémore la rencontre avec l’amour de sa vie, le mariage, la vie commune.

Et dans cette vie commune avec Sadie, il y a Noreen, sa belle-soeur si différente et vivant dans un institut fermé, puis avec eux à la mort des parents.

Un toast pour Kevin, son fils, si brillant, tout le contraire de son père. Maurice, si fier de son fils, aurait peut être préféré qu’il lui ressemble plus.

Le dernier toast est pour Sadie l’amour de sa vie, celle qui lui a redonné confiance en la vie.

Maurice nous narre ses grands malheurs et ses petits bonheurs, ce qui remplit une existence.

Et puis, et puis… Il y a tout ce que je n’ai pas dit. A vous de le découvrir.

C’est un livre à lire au coin du feu, enveloppé dans un plaid avec un thé fumant sur la table du salon. Un style agréable pour exposer une vie simple et pourtant si riche.

 Un grand merci à Babelio Masse critique ainsi qu'aux Editions Delcourt 

 

mc logo.png

Posté par pyrouette à 20:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • L'approche me parait très originale. Raconter une vie au rythme des toasts qu'on porte à ceux qui ont compté pour nous, avant de se retirer soi-même, d'une certaine manière. Merci beaucoup pour ta chronique ☺

    Posté par Christine/Marmar, 16 juin 2019 à 21:26
  • pas trop tentée par l'histoire...

    Posté par Eve-Yeshe, 18 juin 2019 à 14:08

Poster un commentaire