la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

L'espoir des Neshov

 

L'espoir des Neshov par Ragde

Anne B. Ragde

ISBN : 226407308X

Éditeur : 10-18 (15/03/2018)

Traductrice : Hélène Hervieu



4ème de couverture :

Après des années de splendeur puis de misère, la ferme des Neshov est désormais à l’abandon et la famille éclatée. Seul à Trondheim, Margido s’est tourné vers Dieu et se voue à son entreprise de pompes funèbres, mais peine à s’épanouir dans sa vie privée. À Copenhague, pour son frère Erlend et son compagnon Krumme, désormais heureux parents de trois bambins, les journées ne connaissent aucun répit ; ils en viendraient presque à s’oublier eux-mêmes. Quant à leur nièce Torunn, installée à Oslo avec Christer, elle s’interroge sur l’avenir d’une relation dans laquelle tromperies et résignation ont succédé à un temps de folle passion. À quarante ans, les choix qui se profilent seront cruciaux. Mais après tout, la vie n’est-elle pas cette quête permanente portée par l’espoir de trouver sa plénitude ?



Extraits :

“Chaque geste est automatisé, pensa-t-il. En soi c'était une bonne chose. Cela lui évitait d'avoir à prendre des décisions avant même de quitter son appartement et de commencer sa journée de travail.”

 

“N'était-ce pas carrément dangereux d'être aussi heureux ? Bien sûr que oui. Il se produirait tôt ou tard quelque chose d'affreux. Forcément. Un événement affreux , voire pire qu'affreux, quelque chose de parfaitement horrible.”

 

“Il y a donc des personnes pour lesquelles il n'existe pas toujours de pardon, dit-elle en esquissant un sourire.”

 

“Mais pour une fois, je ne vais pas m’enfuir. Au contraire.”

 

Mon avis :

J’ai retrouvé la famille  Neshov avec plaisir. Les secrets de famille sont révélés, la place de chaque membre de la famille a changé, ceux qui sont morts, ceux qui ont fui et la ferme abandonnée.

Partir au fin fond de la Norvège, pas très loin d’un fjord était réjouissant pour moi vivant dans une région où la canicule et la sécheresse ont sévi cet été. J’en frisssonnais.

Torunn, quatre ans après avoir fui la ferme et la famille, après une passion amoureuse avec un infidèle, cherche sa place. À l’aube de ses quarante ans, elle ne peut plus vivre comme ça. La dernière tromperie de son compagnon l’a fait réagir, elle prend ses affaires, lui vole un chiot, trouve refuge chez sa meilleure amie et décide de retourner vivre à la ferme.

Torunn a repris contact avec son oncle Margido, qui ne trouve plus sa place, malgré son élan vers Dieu et son entreprise prospère et avec son grand-père qui coule des jours paisibles à la maison de retraite.

Erlend ne l’ennuiera plus avec sa vitalité débordante et son autorité naturelle, père de trois jeunes enfants, il a de quoi occuper ses journées. 

Il y a des histoires, comme celle-ci, qui n’ont l’air de rien et qui pourtant font du bien. La description d’un quotidien, de gestes tous simples mais d’une telle importance pour permettre aux cerveau de réfléchir sainement. De la propreté ou remise en état, un bon plat chaud, du bois dans le poêle, de quoi se faire un café, des bougies alignées sur le rebord des fenêtres et si c’était ça la sérénité ?

Se retrouver enfin.

 

Posté par pyrouette à 11:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • enthousiasme communicatif, il va falloir que je découvre

    Posté par Eve-Yeshe, 15 septembre 2019 à 15:01
    • J'ai adoré !

      Posté par pyrouette, 16 septembre 2019 à 06:39
  • Voilà une histoire de famille qui me tente bien ! Mais tu dis avoir retrouvé la famille Neshov avec plaisir. Il y a un tome avant ?

    Posté par Cristine Verlédè, 15 septembre 2019 à 19:03
    • Trois !

      Posté par pyrouette, 16 septembre 2019 à 06:38
  • D'accord. 😊

    Posté par Cristine Verlédè, 16 septembre 2019 à 20:25

Poster un commentaire