la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Les désorientés

les désorientés

 

 

 

Amin Maalouf

ISBN : 2246772710

Éditeur : Grasset (2012)



 

4ème de couverture :

« Dans Les désorientés, je m'inspire très largement de ma propre jeunesse. Je l'ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre ne correspond à une personne réelle, aucun n'est entièrement imaginaire. J'ai puisé dans mes rêves, dans mes fantasmes, dans mes remords, autant que dans mes souvenirs.

Les protagonistes du roman avaient été inséparables dans leur jeunesse, puis ils s'étaient dispersés, brouillés, perdus de vue. Ils se retrouvent à l'occasion de la mort de l'un deux. Les uns n'ont jamais voulu quitter leur pays natal, d'autres ont émigré vers les États-Unis, le Brésil ou la France. Et les voies qu'ils ont suivies les ont menés dans les directions les plus diverses. Qu'ont encore en commun l'hôtelière libertine, l'entrepreneur qui a fait fortune, ou le moine qui s'est retiré du monde pour se consacrer à la méditation ? Quelques réminiscences partagées, et une nostalgie incurable pour le monde d'avant. »

 

Extraits :

Absorbé par mes propres nostalgies, je prête rarement attention aux nostalgies des êtres que j'ai connus. Qu'ils aient pu laisser des traces dans ma mémoire, la chose me semble naturelle. Que j'ai pu laisser moi aussi des traces dans leur mémoire me surprend. Reste à savoir si je fais preuve là de modestie ou d'insensibilité.

 

Ce qui m'exaspère, c'est cette manière que l'on a aujourd'hui d'introduire la religion partout, et de tout justifier par elle. On la met à toutes les sauces, et on croit la servir, alors qu'on est en train de la mettre au service de ses propres ambitions, ou de ses propres lubies.

 

Mieux vaut se tromper dans l'espoir, qu'avoir raison dans le désespoir.

 

Il est vrai que je redécouvre pour quelle raison je me suis éloigné de ma patrie natale : mais je redécouvre aussi pour quelle raison je ne m’en suis jamais détaché.

 

La religion c’est important, mais pas plus que la famille, pas plus que l’amitié, et pas plus que la loyauté. Il y a de plus en plus de gens pour qui la religion remplace la morale. Ils te parlent du licite et de l’illicite, du pur et de l’impur. Moi, j’aimerais que l’on se préoccupe plutôt de ce qui est honnête, et de ce qui est décent. Parce qu’ils ont une religion, ils se croient dispensés d’avoir une morale.



Mon avis :

Adam est à la fois narrateur et personnage de ce récit qui alterne la première et troisième personne du singulier. Adam est historien, bien installé dans sa vie et son pays d’adoption, quand il reçoit un message d’une amie qui lui demande de revenir de toute urgence au pays son mari mourant l’attend. C’est le chaos dans la tête d’Adam. Il était fâché depuis des décennies avec cet ami et  a quitté son pays d'origine en guerre. Il fait le choix d’y retourner, juste un aller-retour pense-t-il. Son ami est mort avant son arrivée, mais sa veuve qui est aussi une amie d’enfance demande à Adam de rester et de réunir tous leurs amis communs comme au bon temps de leur jeunesse. D’abord réticent, il accepte et fait un sacré bond dans le passé. Le récit est doux comme les pâtisseries orientales, tendre comme l’amitié, drôle comme les quiproquos amoureux. Et puis à notre époque qui pourrait se vanter d’avoir des amis dans toutes les communautés religieuses ?  Ce n’est plus qu’un doux souvenir que je partage avec l’auteur.  Emportée par ce récit dépaysant dans un pays dont j’apprécie la culture,  Je ne m’attendais pas à l’épilogue et pourtant….

Posté par pyrouette à 09:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • j'ai adoré ce livre, j'aime énormément Amin Maalouf, je l'ai découvert avec Léon l'Africain et plus lâché.
    avoir des amis dans de toutes les "communautés" religions (je préfère le terme confessions car actuellement communauté a pris un connotation plus fermée voire sectaire.
    où sont passés tolérance et altruisme?

    Posté par Eve-Yeshe, 25 mai 2015 à 14:11
    • Je ne sais pas où sont passés tolérance et altruisme, je sais que cette histoire fait du bien, dans quelques années ce sera presque de la sf...

      Posté par pyrouette, 01 juin 2015 à 05:33
  • Magnifique bouquin je vais le terminer une très belle écriture de Amin Maalouf bravo

    Posté par SelFira, 01 novembre 2019 à 17:03

Poster un commentaire