la vie de ma voix intérieure

En totale reconstruction après deux années abominables passées en Lozère où j'ai appris que seuls les humains ne sont pas humains, je continue à partager ma passion de la lecture. Vous pouvez apprendre à me connaître à travers les citations.

Etta et Otto (et Russel et James)

WP_20180412_001

 

 

 

Emma Hooper

ISBN : 2365690823

Éditeur : EDITIONS LES ESCALES (22/10/2015)

Traductrice : Carole Hanna

 

4ème de couverture :

Dans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, quatre-vingt trois  ans, n'a jamais vu l'océan. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat et entame les trois mille deux cent trente deux kilomètres qui la séparent de la mer. " J'essaierai de ne pas oublier de rentrer. " C'est le mot qu'elle laisse à Otto, son mari. Lui a déjà vu l'océan, il l'a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision de sa femme mais, maintenant qu'elle n'est plus là, ne sait plus comment vivre. Russell, l'ami d'enfance d'Otto, a passé sa vie à aimer Etta de loin. Il ne peut se résoudre à la laisser seule et part à sa suite. Et qui sait, peut-être pourra-t-il chasser le caribou en chemin. Bercé par le rythme des vagues, Etta et Otto (et Russell et James)vogue du souvenir à l'oubli. Un roman lumineux sur la mémoire, l'amour et la poésie des mots.



Extraits :

“Mais je suis heureuse, je crois. Ou peut-être pas heureuse, je suis juste ici et c'est ici que je suis. Et c'est bien.”

 

“Vous ne pouvez jamais arrêter d'être mère. Jamais, jamais, jamais.”

 

“Elle pouvait retourner chez ses parents. En ville. Y passer du temps, prendre du recul. Cela lui ferait du bien de se retrouver dans le même endroit qu'eux. De se sentir à sa place de cette façon si simple.”

 

“Si on agit, on vit et si on vit on gagne, pas vrai ?”

 

“Elles passèrent le restant de la journée à marcher dans cette espèce de silence qui n’appartenait qu’à elles.”

 

 

Mon avis :

Etta, avec son âge certain, n’a jamais vu la mer. Dans sa ferme, à la campagne, avec son mari Otto, elle a toujours eu une vie simple. Mais depuis quelques temps Les souvenirs d’Otto envahissent son esprit alors que les siens s’évadent parfois. Etta fait bien attention de rester sur le bord du lit pour ne pas toucher Otto, mais rien n’y fait.

Alors elle décide de partir voir la mer. Avec ses quelques souvenirs et surtout son état civil noté sur une feuille, quelques provisions et le fusil d’Otto, elle part de bon matin pour son périple de trois mille deux cent trente deux kilomètres.

Un beau voyage raconté comme un conte sur la vieillesse, l’amour, l’amitié, la vie.

Avec ses souvenirs fugueurs, Etta marche beaucoup, mange peu. Un coyote, James, fera un bon bout de voyage avec elle, puis quand Etta fera une autre rencontre, il partira vers son destin.

On remonte le temps pendant ce périple jusqu’à l’enfance d’Otto, Russel, l’ami d’enfance, et Etta, la guerre et le reste.

Histoire douce et énergique, de résilience et de persévérance surtout. Parfois les mots de l’auteure s’emballent comme l’esprit d’Etta et la réalité est autre, la sienne.

 

Posté par pyrouette à 13:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    il est très tentant ce livre! je note illico

    Posté par Eve-Yeshe, 12 avril 2018 à 14:27

Poster un commentaire